facebook Charles Chehirlian facebook Charles Chehirlian instagram Charles Chehirlian youtube Charles Chehirlian contact Charles Chehirlian

Saint-Valentin : Chocolat contre Bouquin

2021-02-03 12:04:32
Saint-Valentin : Chocolat contre Bouquin


Oyez Oyez chers membres de la Guilde d'Hashkaria !
Bien le bonjour, mes chers lecteurs.

Nous arrivons bientôt à la saint-Valentin, la fête des amoureux.
 
À cette occasion, je vais vous ressortir mon slogan habituel :
« Pour la Saint-Valentin, offrez-lui un bouquin ! »
Outre le fait que ce soit mon fond de commerce et que cela fasse une fort jolie rime…
 
Pourquoi un bouquin plutôt que la traditionnelle boîte de chocolats ?
Vous avez 4 heures.
 
Vous faites bien de me poser la question.
Voici donc mes arguments, le pour, le contre et les points communs.  À chaque fois, je vous laisserai deviner duquel je parle.
 
Les deux se dévorent, l’un plus vite que l’autre.
L'un ne se consomme qu'une seule fois et avec modération, l'autre à volonté.

Les deux se conservent très longtemps. L'un plus que l'autre, mais surtout, l'un peut accéder à l'immortalité.
 
Une fois consommé, les deux restent des années en nous, l’un dans la tête, l’autre dans les cuisses. Ils peuvent aussi rester dans le cœur, pour l’un c’est merveilleux, pour l’autre ça sent le sapin.
 
Une fois consommé, l’un se garde, s’expose et peut aussi se prêter/donner.
Quant à l'autre, il ne vaut mieux pas le prêter après consommation, sauf si vous avez des habitudes étranges ou que vous êtes un oiseau qui nourrit sa progéniture. Vous pouvez également conserver la boîte ou la jeter. Mais pour ceux qui s’en soucient, la jeter n’est pas très écologique.
 
L’un est original, plus personnel et peut être personnalisé. L’autre, il est difficile de le dédicacer.
 
Les deux peuvent provoquer une addiction.
 
L’un peut provoquer de la jalousie, car le consommateur peut tomber amoureux de son créateur.
 
Les deux peuvent être sujets à dispute, l’un en raison de la jalousie ou des divergences d’opinions, l’autre pour les kilos pris.
 
L’un nous apprendra, nous fera réfléchir, nous nourrira de culture et aiguisera notre soif de savoir. L’autre nous nourrira certes, mais après ce sera ceinture.
 
Pour l’un, on ne regrette pas de le donner aux enfants, ce ne peut être que bénéfique et cela peut leur donner envie d’en avoir d’autres. Pour l’autre, c’est juste un, pas plus.

Les deux peuvent être consommés par les enfants dans le dos des parents.
 
Pour l’un, il est pratiquement impossible de rencontrer son créateur, alors que pour l’autre son créateur est facilement accessible.
Et en plus, il est super sympa.
 
Vous faut-il d’autres arguments ? Moralité, le bouquin !

Ceci dit, si vous ne voulez pas prendre de risque, rien ne vous empêche d’offrir des chocolats avec le livre.

En plus, cela tombe bien, jusqu’au 16 février, mon cher éditeur fait -5% sur tout son catalogue www.archancourt.com. Je pourrais vous dire qu’avec cette économie vous pourriez prendre du chocolat, mais vu le prix du chocolat…

Pour ma part c’est plutôt charcuterie.
J’dis ça…

Bien à vous, chers lecteurs.